Réalisations à base de microcontoleurs  

Programmation sur PC  

Réalisations diverses  

Etudes actuelles  

Expériences  

Etudes parallèles  

Lectures intéressantes  

Divers  

Projets avortés  

Thèmes obsolètes  

Mise à Jour  

Cette page est dédiée à ceux qui ont des astuces ou petits trucs à faire partager à la communauté internautes dont je fais partie. Je mettrai en bas de chaque tableau ( selon vos souhaits )
le Nom du bidouilleur.

-

Aider Un relais fainéant.
-

Repérer les résistances "métal film".
-

Améliorer le temps de réponse d'un optocoupleur.
-

Faire une diode avec un Transistor.
[ 2 possibilités ]
-

Comment torsader vos câbles.
-

Alimenter un prototype de faible consommation.
-

Recommandations pour réaliser une carte électronique.
-

Comment réaliser une masse virtuelle.
-

Alternative au Flux. 1ère solution.
-

Alternative au Flux. 2ème solution.
-

Ampli-Op en comparateur.
-

Protéger une sortie à Collecteur Ouvert.
-

Ampli-op utilisé en audio et sortant vers un connecteur.
-

Mise en route d'un protoype.
-

Modification de valeurs de composants sur un filtre d'entrée.
-

Réaliser une sonde HF pour Oscilloscope à Zéro francs.
-

Le Sthétoscope de l'électronicien.
-

Accord de self HF.
-

Etamage express des circuits imprimés.

 
Aider Un relais fainéant.

  Tout le monde sait qu'un relais de 6V (par exemple) fonctionne parfaitement à une tension inférieure (ce qui permet, entre autre de limiter le courant et l'échauffement). Mais cette technique a ses limites. J'ai du employer un relais de 6 Volts alimenté par une alimentation de 5v. Vu sa tolérance, l'alimentation donnait 4.7v et je perdais 0.6v dans une diode et presqu'autant dans le transistor de commande. Résultat, il restait 3.5v sur la bobine du relais. Cette tension étant insuffisante et n'ayant aucune solution pour l'augmenter, j'ai placé un aimant permanent sur le relais.
 
Explication: le champs magnétique généré par l'aimant s'ajoute (ou se retranche suivant le sens) au champs de la bobine et augmente ( ou diminue) donc la sensibilité du relais. Bien entendu, j'ai du déterminer l'emplacement expérimentalement pour assurer un collage correct du relais et ne pas perturber son relâchement. La force de l'aimant joue aussi un rôle. Cette technique ne fonctionne pas pour les relais alimentés en courant alternatif.
ON7ZN

 
Repérer les résistances "métal film"

  Auparavant, les résistances à film de métal étaient bien différentes des résistances au carbone.
Actuellement, il est difficile de les distinguer du premier coup d'oeil. L'emploi de ces résistances étant à déconseiller dans certaines application (HF entre autre) et conseiller dans d'autres (peu de bruit en BF, précision, stabilité), il est utile de les repérer.
 
Si vous passez un aimant à proximité des résistances a film de métal, elles seront attirées (c'est normal, il y a du métal) contrairement aux résistances de carbone.
ON7ZN

 
Améliorer le temps de réponse d'un optocoupleur.
Il faut rajouter une résistance de 1MOhm entre la Base et l'Emetteur du phototransistor.
Même si on peut le faire, on évite d'utiliser des optos pour passer de l'audio ( réglage de polarisation...) A.B.

 
Faire une diode avec un Transistor.
Tension inverse max
VEB max ~5 à 7V
la résistance apparente de la diode (delta U)/(delta I), en petites variations évidemment, est divisée par hfe. De plus il n'y a pas d'effet Miller car la capa base collecteur est court-circuitée par le branchement base collecteur!
Ce n'est donc pas qu'une vulgaire diode!

Remarque de Jean-Marc OLIVIERI
 
Tension inverse max
VCB max ~VCE max
( voire 2*VCE max )
de 30 à 80V
Temps de réponse
Rapide.A.B.
Temps de réponse
Plus Lent.

 
Comment torsader vos câbles.
  • Mettez vos 2 câbles ( multibrins ) de même longueur dans le mandrin de la visseuse / dévisseuse (question de vitesse ) et serrer.
  • Coincer les 2 mêmes câbles dans un étau.
  • "Visser", pour que les 2 câbles s'enroulent ( tout en les maintenant tendus ).
  • La longueur doit diminuer ( un peu ).
  • Ne pas trop les entortiller, sinon ils s'enrouleront sur eux mêmes.
A.B.

 
Alimenter un prototype de faible consommation.
    Pour alimenter un prototype de faible consommation ( et même un produit de série) genre ampli-op ou (et) quelques portes Mos etc... je place toujours une résistance de faible valeur par ex: 22 à 47 ohms en serie avec le + alim.

    Avantages:
  • Nette amélioration du découplage conjointement avec le condensateur électrochimique.
  • Protection en cas de court circuit, c'est la petite résistance qui fume et pas l'alim, si on a plusieurs modules, on sait lequel est en défaut, et une résistance coûte moins cher qu'un fusible. De plus, il devient façile de mesurer le courant consommé, en mesurant la tension aux bornes. Un ampli-op consomme souvent 2mA, la plupart du temps la chute de tension perdue dans la résistance est négligeable.
  • De plus le module représente une moindre charge capacitive à la mise en route de l'alim secteur.
  • Prévoir un condensateur de 100nF pour 1 ou 2 circuits intégrés et un condensateur chimique de 1µF pour 4 circuits intégrés.
J.F.Chevalier

 
Alternative au Flux.1ère solution

    Il existe un moyen rustique et néanmoins efficace pour obtenir une propreté exemplaire de la surface cuivrée d'un circuit imprimé:
     
  • Ma petite méthode personnelle consiste à nettoyer énergiquement au chiffon doux ou papier "sopalain" imbibé de Miror le cuivre. C'est dingue comme l'étain adhère si facilement et si fiablement sur un tel support cuivré.
    Miror: produit destiné à désoxyder et à faire briller les cuivres et l'argenterie en général
P.Marullaz

 
Alternative au Flux. 2ème solution

    Il est possible de se fabriquer un flux acceptable en faisant dissoudre de la collophane dans de l'alcool à 90°:
     
  • On trouve facilement de la collophane en droguerie.
    Elle est utilisée pour... plumer les poulets !
    Elle se présente sous la forme d'une poudre brun clair, en sachets de 1kg, et sa dissolution est assez facile. Je n'ai pas évalué les proportions.
    Je l'utilise après nettoyage du circuit imprimé, et elle facilite bien la soudure et l'étamage au fer (que je pratique chaque fois qu'il est possible...).
    C'est peut-être un peu moins efficace que du vrai flux, mais ça marche bien et c'est très bon marché.
    Je ne suis pas l'inventeur. Je crois me souvenir avoir vu ça dans un article du défunt "Haut Parleur", sous la plume de Monsieur Francis THOBOIS.
F1HSU

 
Ampli-Op en comparateur.

    Un ampli-op n'est pas forcément fait pour obtenir un état 0 en sortie même si on en fait un montage comparateur:
     
  • Dans ce cas on peut avoir une tension résiduelle de 1,5 V ce qui peut poser problème pour relier un transistor. J'intercale une LED rouge haut rendement de diamètre 3 vers la base d'un Transistor, avec R = 3,3 K. Le seuil de 2V de la led empêche la saturation du Transistor.
  • Intérêt annexe: Une visualisation de l'état de sortie. Que demander de plus ?
J.F.Chevalier

 
Protéger une sortie à Collecteur Ouvert.
    Souvent les sorties collecteur ouvert servent à tirer au zéro des pull-up de 4,7K par ex...
     
  • dans le cas où les sorties vont vers des montages extérieurs, il est utile de les protéger par des résistances séries genre 47 ou 100 ohms. J'ai noté qu'il était très diffiçile de claquer un transistor ayant une petite Résistance en serie, alors qu'il claquait instantanément sans!
J.F.Chevalier

 
Ampli-op utilisé en audio et sortant vers un connecteur.
    Il est préférable de toujours plaçer une Résistance en serie (par ex 100 ohms) avec la sortie pour éviter l'entrée en oscillation du fait des charges eventuellement capacitives.
J.F.Chevalier

 
Mise en route d'un protoype.
    Le paramètre le plus important à la mise en route d'un prototype, où au dépannage, est le courant consommé.
     
  • Je ne branche RIEN sans un rapide coup d'oeil sur l'aiguille de l'ampèremètre.
  • Un condensateur à l'envers ne met pas forçément l'alim en court-circuit, du moins tout de suite, mais on le voit de suite avec le courant: Une surconsommation anormale de 100 mA (au départ) plus ou moins fluctuante.
  • Je frémis quand je vois exécuter des modifs à grands coups de fer à souder, et ensuite rebrancher l'objet directement sur un accumulateur. C'est la meilleure façon de tuer un materiel ... et de dégouter un amateur d'éléctronique.
  • L'idéal est de posséder une alim avec limitation de courant réglée toujours au minimum nécessaire et de surveiller constamment l'amperemètre. Je préfére, et de loin, les galva classiques de mon AL 823 ELC.
  • Si pour tester un materiel, il n'y avait qu'une mesure, ce serait celle là!

  •  
J.F.Chevalier

 
Modification de valeurs de composants sur un filtre d'entrée.
    Pour les valeurs de composants, il est parfois préférable de recalculer et modifier les montages proposés dans les revues:
     
  • certains ne se fatiguent pas à calculer et plaçent d'office un condensateur de 10µF vers une entrée micro d'une impédance de 47K.

  • Résultat:
  • une bande passante qui descend inutilement à ....0,3 Hz pour - 3 db.
    Une constante de temps qui peut saturer un ampli-op pendant plusieurs secondes après commutation, donc pas de son pendant ce laps de temps!

  •  
  • Avec une impédance de 47K, si on met une capa de 47nF on obtient 72 Hz à -3 dB ce qui est suffisant. Et un condensateur non polarisé sera toujours préférable à un électrochimique car plus fiable sur tous les tableaux.
  • Bande passante = 159/RC avec R en K, et C en µF

  •  
J.F.Chevalier

 
Réaliser une sonde HF pour Oscilloscope à Zéro francs.
    Prendre une diode germanium genre 1N60 récupérée sur un vieux récepteur POGO, un condensateur céramique de 10nF et voilà une sonde qui monte allègrement à 1 GHz (j'ai éssayé):
     
  • Evidemment la valeur indiquée est relative, mais la haute sensibilité en continu du scope permet de visualiser des niveau HF aussi bas que quelques mV.
  • Le but de cette sonde n'est pas de réaliser des mesures précises, mais de permettre le réglage d'un étage HF en plaçant la sonde à différents endroits:
    - d'un oscillateur ou d'un amplificateur pour réaliser par exemple "un accord maxi".
    - permettre le dépannage d'un émetteur, si le niveau HF relatif sur le collecteur d'un transistor est plus faible que sur la base [Transistor HS ou non alimenté....]
  • 10MHz sortie scope + 25mV
    100MHz sortie +20mV
    500MHz sortie +7 mV
    1GHz sortie +2 mV

  •  
J.F.Chevalier

 
Le Sthétoscope de l'électronicien.
    Il s'agit d'un écouteur récupéré à l'arrière d'un vieux téléphone gris S63.
     
      Avec cet écouteur, on peut:
     
  • Chercher une sortie audio sur un connecteur.
    La sensibilité permet d'entendre un signal aussi faible que -40dBm autrement dit seulement 7mV !
    Il m'est arivé aussi de chercher des sorties logiques, le ronflement des datas étant largement audible...
    Pour le dépannage c'est génial....un récepteur radio est en panne? on peut aller écouter directement au niveau du potentiomètre de volume...avant l'ampli BF! ou avant la prise écouteur qui est peut être HS....
  • Ecouter le bruit d'ondulation d'une alimentation secteur (redoutablement efficace)...
  • Ecouter une ligne téléphonique. En cas de problème avec un modem ou un transmetteur teléphonique, il suffit bêtement d'écouter ce qui se passe, "le numéro que vous demandez n'est plus attribué" etc, etc ...
  • Il peut aussi servir de micro dynamique.

  •  
      C= 1 ou 2,2µF non polarisé 250v (très courant dans les vieux téléphones).
    R = 1K à 2,2K pour élever un peu l'impédance si on veut écouter les lignes teléphonique.

     
J.F.Chevalier

 
Accord de self HF.
    J'ai connu un collègue qui se balladait avec une allumette dans sa poche, à une extrémité était collé un bout de laiton, à l'autre un bout de ferrite.
     
  • En approchant le coté ferrite de la self (comme si c'était un noyau de réglage), on augmente la valeur de l'inductance, donc on baisse la fréquence d'accord. On peut en déduire qu'il faut ajouter des spires pour obtenir l'accord voulu.
  • En approchant le coté laiton, on obtient l'effet inverse.
  • Plutôt qu'une allumette, il est préférable d'utiliser un bout de tige de bois à brochette ou encore un baton de sucette, c'est nettement plus solide.

  •  
      Cette technique est à utiliser avec des selfs à air, donc des bobinages de quelques spires. On peut en voir par exemple dans la tête HF d'un tuner FM ..
     
J.F.Chevalier

 
Etamage express des circuits imprimés.
    Pour l'étamage des circuits j'utilise la pate à souder au rayon plomberie.
     
  • Elle se presente sous forme d'un flacon de 60 à 150gr de pâte qui a l'aspect de la gouache grise en tube.
  • J'étale la pâte au pinceau sur le circuit le plus regulièrement possible, puis je chauffe au décapeur thermique. Attention à ne pas brûler le circuit, cela dure aux alentours de 30 secondes, le décapeur étant à environ 4cm de la plaque.
  • On peut utiliser le fer à souder mais l'étamage est très irrégulier en épaiseur.
  • je rince la plaque sous l'eau et je la frotte à l'éponge. On obtient une application très fine et régulière qui resemble a l'étain chimique (grisé).
François-Xavier DUFOUR
 
Par curiosité, j'ai essayé et effectivement cela marche! Mais, étant très soucieux de mon environnement, je me demande si l'on ne pollue pas en nettoyant la plaque sous l'eau...Plomb/étain.
Si des internautes ont des réponses???